anubis_powersCertaines personnes qui me connaissent savent que je suis du genre à rabâcher régulièrement les mêmes choses. Parmi celles-ci, un exemple : IL FAUT ABSOLUMENT LIRE « LES VOIES D’ANUBIS » DE TIM POWERS !!!

Un avantage, c’est que je ne l’ai pas encore dit ici. Je vais donc me contenter d’asséner une évidence, sans me soucier de ce qu’en pensent d’éventuels contradicteurs, puisqu’après tout j’ai raison : ce roman est un ouvrage majeur de la Science-Fiction. Prix Philip K. Dick et Sceince-Fiction Chronicle Award 1984, prix Apollo 1987 ; autant de références qui me donnent l’avantage de ne pas être le seul à penser cela. Mais assez de blablature : parlons-en.

Brendan Doyle, professeur de littérature anglaise, accepte un beau jour de participer à une expérience inédite proposée par un scientifique rencontré lors d’une conférence : remonter pour quelques jours le cours du temps pour atterrir au XIX° siècle. C’est pour lui l’occasion de se plonger dans l’ambiance d’un siècle qui le fascine et peut-être de rencontrer les poètes qui le fascinent : Lord Byron, John Keats, Percy Shelley… Las ! Que ne manque-t-il le voyage retour et reste coincé là, à fuir d’étranges bohémiens, ainsi qu’un clown rebondissant (littéralement), sans parler de ces mages égyptiens qui souhaitent faire revenir à la vie leurs dieux à eux et sont persuadés qu’ils n’y parviendront qu’en lui faisant la peau. Au cœur de ces aventures rocambolesques, le professeur se retrouvera sur la piste d’un poète romantique des plus mystérieux, et son favori : William Ashbless, cela lui donne au moins l’occasion de travailler à sa thèse… en espérant ne pas changer le cours de l’Histoire. Il manquera également se noyer, découvrira un fascinant monde souterrain et…

Je m’arrête là, sans quoi j’en dirais trop. Incroyablement vivant et renseigné concernant tant les poètes romantiques que l’histoire des sciences occultes, « Les Voies d’Anubis» est aussi le roman fondateur de la vague Steampunk, courant fort intéressant de la S.F. en ceci  qu’il fait émerger les questionnements liés à la confrontation entre les antiques superstitions qui ont régné sur les fantasmes humains durant des siècles et les techniques industrielles naissantes – questionnements qui aujourd’hui prennent un autre sens, mais ne peuvent (à mon humble avis) être évités non plus.

Une œuvre haletante et maîtrisée de la première à la dernière ligne, le meilleur roman de Tim Powers – il est rare que je sois si enthousiaste. C’est peut-être parce qu’en ses lignes j’y ai retrouvé, ébahi, une superstition que m’avait transmise ma grand-mère, dans les « temps anciens » de ma jeunesse ; elle me répétait régulièrement : « Quand tu cuisines des œufs, pense toujours à écrabouiller les coquilles si tu ne veux pas que les sorcières s’en servent pour traverser la rivière ! ». Vous en faites ce que vous voulez ; tant que vous LISEZ LES VOIES D’ANUBIS, cela me convient.

Zolg

CITRIQ