la brigade des loupsMon feuilleton a tourné court et va maintenant se transformer en feuilleton de la rentrée. Qu'à cela ne tienne, si je n'ai pas beaucoup écrit ici, j'ai bien lu et suis maintenant prêt à vous en faire un compte rendu ! Nous continuons donc notre exploration de ce nouvel avatar du genre avec un éditeur qui fut parmi les premiers à relancer le modèle (économique ou littéraire ?) en numérique : les éditions Voy'[el]. Corinne Guitteaud (l'éditrice) a, en effet, commencé par rééditer sa propre trilogie GeMs en trois saisons de six épisodes avant de nous proposer, cet été, un nouvel auteur qui se plie aux lois du genre : Lilian Peschet. Fantasy urbaine futuriste, polar, on ne sait pas trop où se situe cette œuvre sinon dans le camp des épisodes pilotes qui nous mettent l'eau à la bouche...

La Roumanie en 2020. L'épidémie de lycanthropie s'est propagées dans toute l'Europe devenant le nouveau fléau du siècle. Les infectés trouvent asile dans ce pays, s'ils suivent les règles. Pour assurer la sécurité des citoyens, une brigade spécifique a été fondée, une brigade de loups qui s'occupent des crimes lupins. 5 loups-garous qui maintiennent l'équilibre précaire d'un pays qui a déjà connu l'horreur...

Un contexte étrange où la lycanthropie est une MST, où la Roumanie, terre de l'étrange, devient terre d'asile à la pointe de la recherche médicale, où une série de meurtres abominables fleurent bon le complot. En quelques pages, le cadre est posé et l'intrigue démarre. Du point de vue du scénario, on ne s'ennuie pas. Chaque page apporte son nouvel indice, nouant les fils d'une intrigue que l'on subodore complexe et liée au contexte. D'où vient la meute ? Qui la contrôle ? Dans quel but ?

Lilian Peschet est un malin. Car si l'intrigue est soutenue, c'est que l'auteur parvient, en choisissant la focalisation interne, à nous livrer une multitude d'éléments sur un temps contracté, ce qui est, à mon sens, essentiel pour réussir un feuilleton. Nous suivons, en effet, à chaque chapitre, un des personnages de la brigade des loups, à la première personne. Ce procédé possède de fabuleux avantages. Dans un premier temps, il permet de connaître chaque protagoniste de l'histoire, dans son intimité, sa particularité mais aussi son lien au groupe, à la meute. Un lien affectif se crée donc rapidement avec l'un ou l'autre (ou tous!). La spécificité de chaque personnage amène de nouveaux indices, de nouveaux point de vues sur l'intrigue. Untel est pisteur, l'autre ingénieur... et vois une partie de l'histoire. C'est donc aussi un très bon moteur scénaristique. Enfin, cette focalisation interne permet de ressentir la condition lupine et plus généralement les tensions sociales qui en découlent.

Au final, La Brigade des loups entame très bien sa saga avec ce premier épisode réussi. La thématique du loup-garou version science fiction est originale et le scénario connaît un bel incipit. Les caractéristiques du feuilletons sont utilisées à bon escient et même remis au goût du jour. Le style est bon et permet une immersion quasi instantanée dans l'histoire. On aime la mosaïque de la brigade où chaque héros est bien évoqué, dans son identité mais aussi au sein de la meute. Une véritable réussite donc, qui ne connaît qu'un bémol : la vitesse de publication des épisodes. En effet, en presque deux mois n'est sorti qu'un seul feuilleton. C'est vraiment trop peu et le risque d'abandonner si le délai est trop long, est fort. Ce serait vraiment dommage, moi j'ai envie de connaître la suite !

StepH