guerre_des_cygnes1Il est des livres qui, une fois terminés, vous laissent désemparés. C’est un monde qu’on quitte, des amis qu’on perd. Il nous faut les relire, voyager à nouveau. Cette quadrilogie nous fait cet effet-là. Après avoir découvert ce monde étrange et dangereux, il est difficile de s’en séparer. Mais c’est ce qui détermine la qualité d’un roman ! Publié en 2003, en 4 volumes chez Mnémos, repris en poche chez Folio en 2007, cette magnifique saga est aujourd'hui remise en avant par l'éditeur originel en 2 gros volumes indispensables ! C'est l'occasion pour nous de vous redire à quel point on aime...

Le Royaume d’Ayr est divisé par une guerre séculaire entre la famille Wills et la famille Renné. Chacun veut conquérir le trône et régner seul sur le Royaume unique. Ce conflit est devenu viscéral et personne ne semble à même de l’arrêter. Pourtant un homme tentera de trouver une solution pacifique que personne ne souhaite vraiment…

Tam, Fynnol et Baore sont trois amis qui s’ennuient dans leur petit village coincé entre les montagnes. Pour se distraire du quotidien, ils décident de partir en bateau vendre des antiquités trouvée sur un ancien champ de bataille au village voisin. Mais une rencontre avec un homme étrange et l’attaque surprise qu’ils subissent les force à abandonner leur projet. C’est alors qu’ils font la connaissance de Cynndl, questeur d’histoire, qui leur propose un emploi. C’est le début d’une aventure qui mènera nos amis vers des contrées bien plus dangereuses que prévu, au cœur d’un monde qu’ils ne connaissaient pas, par les méandres d’une rivière étrange…guerre_des_cygnes_2

Si l’intrigue paraît de prime abord bien classique (qui parle de Roméo et Juliette et de quelques hobbits candides embarqués dans une aventure très dangereuse ?), il n’en est rien. On s’éloigne bien vite des clichés éculés pour se plonger dans une histoire passionnante. On découvre un monde mystérieux et riche, plein de dangers et de merveilles. On le voit se déplier au fur et à mesure du roman, au fil de l’eau. Plein de poésie, on y entre, fascinés, pour n’en sortir, à regret, qu’à la dernière page du troisième tome.

La structure du texte est équilibrée, entre action et découverte, jusqu’au creux du monde. Le style (la traduction ?) est élégant sans être pompeux et participe à cette addiction au monde. On ne peut s’empêcher de le comparer à Tolkien. D’ailleurs, comme dans l’œuvre du maître, des pans d’histoires sont évoqués et laissées dans l’ombre, comme un voile qu’on soulève brièvement.

Je ne suis pas un fan inconditionnel de fantasy. J’aime beaucoup cela mais m’ennuie vite face à la production massive et très inégale. Pourtant, je dois admettre que lorsqu’il est bien écrit, ce genre n’a pas d’égal quant au plaisir et au rêve qu’il vous procure. J’avais connu cela avec Tolkien, le relisant, dans ma jeunesse, chaque été. Aujourd’hui, j’ai connu la même sensation avec cette œuvre. Je ne peux donc que vous la conseiller. Pour moi, elle a pris sa place sur mes étagères, au côté du maître. Merci à Mnémos de nous permettre de la découvrir dans une très belle édition !

StepH

CITRIQ